Mme Rouillon, après s'être déclarée « choquée » que le Parti socialiste n'accepte pas ses propositions de rassemblement, continue à faire le forcing.

Après une rencontre le 21 octobre 2013 avec le Front de gauche, le Parti socialiste confirme et précise sa position dans un communiqué de presse.