Déclaration pour un report du vote portant révision du PLU

Koala Climbing Tree

Le vote du Plan local d’urbanisme (PLU) révisé, plusieurs fois repoussé, est à l’ordre du jour du Conseil municipal du 26 janvier. Un PLU, c’est un document technique, juridico-administratif, qui vise pour une large part à mettre en conformité avec la législation les cadres d’action municipaux. Nombre d’Audoniens se disent sans doute qu’ils ne sont pas vraiment concernés.

Ils ont tort ...

Le PLU, c’est également le fondement des grands choix d’aménagement qui vont transformer pour longtemps le visage de Saint-Ouen – au premier chef le projet des Docks. Qu’il le veuille ou non, tout le monde est concerné ; tout un chacun est impliqué.
La concertation, nous dit-on, va se poursuivre, notamment sur le projet des Docks. D’ailleurs, le PLU révisé se réclame de la « concertation » citoyenne – sans toutefois que la définition en soit claire. Ainsi, le Journal des Docks (n° 6, janvier 2009, p. 5) affirme que « les habitants » seraient « garants de la feuille de route » du projet des Docks. Interviewé dans ce numéro, M. Planque dit même que l’intervention des habitants « sera décisive pour que le futur quartier tienne toutes ses promesses ».
De même, les « labels » auxquels la Ville pourrait prétendre – « éco-quartier », « Nouveau Quartier urbain »… – exigent une démarche de « concertation ». Rappelons que ces labels conditionnent l’accès à certains financements de la Région ou de l’État. L’enjeu n’est donc pas seulement d’affichage.
Encore faut-il que cette « concertation » ne soit pas vidée de son sens parce que toutes les décisions importantes auraient été par avance inscrites dans le PLU révisé. En effet, l’enquête publique, obligatoire après révision du PLU, est une procédure juridico-administrative, certes utile, mais qui ne saurait se substituer à une vraie démarche participative.
Pour notre part, Convergence citoyenne constate que la concertation actuelle est en trompe-l’œil. Aujourd’hui, nous ne sommes « garants » de rien.
C’est pourquoi, dans une démarche commune avec l'association ACQSO, Convergence citoyenne a interpelé tous les conseillers municipaux par une lettre ouverte, diffusée depuis le 23 janvier. Les deux associations y prennent acte à la fois des limites des démarches de concertation ou de participation en cours (Pôle citoyen, Dialogues pour Saint-Ouen…) et des problèmes de fond, aujourd’hui insuffisamment débattus, posés par le problème des Docks.
  • Les enjeux de santé publique liés à l’incinérateur et à la pollution des sols ne sont ni suffisamment pris en compte, ni expliqués avec transparence sur la base d’études publiques.
  • Les principaux choix d’aménagement (hauteur des bâtiments, « densité »…) échappent à la concertation – ils n’ont été débattus ni en réunion publique ni en atelier du Pôle citoyen, alors même qu’ils ne sont ni évidents ni consensuels.
  • Malgré la référence rhétorique à un « éco-quartier », les questions environnementales (qualité du bâti, consommation énergétique, espaces verts…) semblent négligées.
  • La question essentielle des transports (métro, RD1, bus, circulations douces…) n’est pas véritablement intégrée dans le projet d’ensemble.
Ces problèmes de fond ne correspondent ni à un clivage gauche-droite, ni à un clivage entre majorité et opposition. Ils renvoient tous à des choix qui paraissent précipités sur des dossiers où, en laissant davantage de temps au travail collectif, on pourrait aboutir à des options qui seraient meilleures pour tous les Audoniens.
C’est pourquoi Convergence citoyenne et ACQSO, dans leur lettre ouverte du 23 janvier, appellent les élus à surseoir au vote du PLU révisé : non pour le bloquer ou pour le rejeter, mais pour l’améliorer. Pour lui permettre d’être ce que la Ville elle-même veut qu’il soit : un projet de ville dont les Audoniens seraient véritablement garants. Et il va de soi que, pour Convergence citoyenne, cette préoccupation est pérenne. Que le PLU révisé soit ou non voté le 26 janvier, il s’agira pour tous les Audoniens de se demander, dans les mois qui viennent, quelle ville ils veulent – et de faire entendre leur voix.